0-3 ans·3-5 ans·5-7 ans·7-10 ans·Butin du Pêle-Mêle

Butin du Pêle-Mêle #3

Que faire un dimanche après-midi après un week-end riche en sorties elles-mêmes très riches (ndlr: quand on a une légère gueule de bois quoi)? Aller au Pêle-Mêle pardi! Dont acte. Et comme les enfants n’étaient pas là, j’ai pu lire tranquillement tous les livres que je me suis leur ai achetés.

IMG_6679

  • La Séparation d’Agnès Rosenstiehl, Autrement jeunesse, réédition en 2013 (1975)

J’ai déjà eu l’occasion de professer mon amour pour les albums d’Agnès Rosenstiehl dédiés à l’explication d’une notion complexe aux jeunes enfants. J’ai parlé de La Naissance dans l’article consacré à son alphabet, et là, j’ai trouvé l’album consacré à la séparation. Une fois de plus l’album est superbe, les dessins sont magnifiques, et les textes tout en spontanéité, en franchise et en pudeur le sont tout autant. ❤

  • Okilélé (1993) et Broutille (1991) de Claude Ponti, édités par L’Ecole des Loisirs

Je ne connais pas vraiment les livres de Claude Ponti, et j’ai cru comprendre que c’était une grave erreur, donc j’essaie de la corriger – je suis comme ça moi, toujours à essayer de m’améliorer. Ah, ah, ah. Bref, c’est incroyablement dense, foisonnant, créatif, mais j’ai l’impression que c’est plus adapté à des enfants un peu plus âgés que les miens. Je teste avec James.

  • Ma petite école de Bernadette Després, Bayard Editions, 1976 (réédité en 1997 ici)

Si vous avez plus ou moins mon âge, vous connaissez Tom-Tom et Nana. Et si vous connaissez Tom-Tom et Nana, vous auriez fait comme moi, vous n’auriez pas résister à l’envie d’acheter cet album, même s’il n’est pas hyper adapté à ce qu’on lit en ce moment. L’effet madeleine de Proust, je crois quand même que c’est l’un des principaux déclencheurs d’achat quand on achète des livres pour ses enfants, non?

Bref, Ma petite école, ce sont essentiellement des planches illustrées, avec trois petits textes, sur la vie quotidienne d’une école maternelle. C’est un peu un « cherche et trouve » (même s’il n’y a pas grand chose à chercher et trouver), et c’est donc plutôt une invitation à se perdre dans les méandres du dessin, à scruter tous les petits détails. Grâce à Bernadette, j’ai eu ma dose de nostalgie pour le week-end.

IMG_6680

  • C’est trop injuste d’Anita Harper (texte) et Susan Hellard (illustrations), édité par Folio Benjamin (1986)

Une petite kangourou voit d’un mauvais oeil l’arrivée de son petit frère. Elle constate amèrement qu’il monopolise pas mal l’attention des grands. Heureusement au fur et à mesure, elle s’aperçoit qu’en grandissant, le petit frère va rapidement faire lui aussi l’expérience de la frustration. Ben quoi, y’a pas de raison! Etre le petit frère, c’est aussi frustrant qu’être le grand, cqfd. On a un peu passé ce stade à la maison (encore que), mais je trouvais le dessin joli, il me fait un peu penser à Ernest et Célestine, en plus brut et moderne. C’est vraiment pas mal.

  • Contes cruels de Perceval Barrier et Matthieu Sylvander, L’Ecole des Loisirs, 2013

Par principe, je fais plutôt confiance à L’Ecole des Loisirs (ah bon? C’est bizarre, on n’avait pas vu). Ca m’a fait envie, j’ai acheté, je me suis bidonnée toute seule en le lisant dans le canapé (La blague sur le pôle Ouest m’a fait hurler de rire. Oui, c’est mon niveau d’humour). Peut-être (mais c’est pas sûr) que l’humour est un peu plus accessible à un adulte qu’à des enfants, à tester. Ah oui, en plus, ça se passe dans un potager, et j’adore les potagers.

  • Mon doudou de Tony Ross, édité par Mijade (1990)

A la maison les garçons ne sont pas particulièrement accros à leur doudou, on n’a donc pas spécialement de message à faire passer à ce sujet. Mais j’aime assez bien les illustrations un peu brut de décoffrage de Tony Ross, parfois elles sont limites gothiques. Ici, le livre a un petit plus-produit fun, puisqu’il s’agit de deux histoires, on lit le livre dans les deux sens, et la fin de chaque histoire rencontre la fin de l’autre.

  • Titi à Paris de Grégoire Solotareff, édité par L’Ecole des Loisirs (2008)

Pour l’instant on ne connaît pas les livres de Grégoire Solotareff, disons que le trait ne m’a jamais attrapée, mais comme en ce moment on ne résiste pas à une histoire à base de Tour Eiffel, j’ai décidé d’essayer. Verdict bientôt!

Publicités

Une réflexion au sujet de « Butin du Pêle-Mêle #3 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s