3-5 ans·5-7 ans·Les classiques

Max et les Maximonstres

Chose promise, chose due, aujourd’hui on parle de Max et les Maximonstres. On n’en parle pas tant pour faire découvrir le livre (à ce stade, il semble, mais peut-être me trompe-je, que tout le monde le connait), mais plutôt pour se faire plaisir, partager un petit moment complice où chacun peut se dire: « Ah mais oui, j’adore ça moi aussi! Je vais le relire! » On en parle, parce que ça fait du bien de voir de beaux dessins. On en parle, parce que ça fait du bien de voir un parent dépassé et un enfant désobéissant. On en parle, parce que Max et les Maximonstres est l’un des rares contes pour enfants contemporains presque aussi connu que les contes traditionnels de Grimm et Andersen, à ceci près qu’il n’a pas encore connu de relectures, du moins à ma connaissance.

IMG_7281

On a déjà parlé de Maurice Sendak sur le blog, mais pour une toute autre facette de son oeuvre, les volumes consacrés à Petit Ours. Petit Ours comme Max est un enfant turbulent, mais contrairement à Max, il est plus farceur qu’insolent, plus espiègle que rebelle.

Si Max et les Maximonstres est un titre qui sonne bien, il n’a pas la profondeur et la noirceur du titre original, Where the Wild Things Are, qui illustre pourtant parfaitement le propos du livre, ce monde parallèle, pas si imaginaire, où les enfants, libérés du contrôle parental, laissent libre cours à leur animalité, leur sauvagerie, leur cruauté, leur folie, leur capacité à l’euphorie, mais aussi à l’ennui. Ces monstres à la fois cruels et aimants, tellement aimants qu’ils en deviennent dévorateurs, servent d’exutoire à un petit garçon turbulent, en proie à un tourbillon d’émotions contradictoires. Ils sont ses doubles maléfiques, mais peut-être aussi un peu ceux de son entourage. « Tu es un monstre » dit sa maman à Max (« a wild thing » en vo). Enfin, Max peut à son tour être dépositaire d’un pouvoir qui semble autoritaire et arbitraire. Et pourtant, la lassitude guette… Assoiffé d’aventures passionnantes bien que terrifiantes, Max ressent soudain une drôle de sensation, une nostalgie du foyer, l’envie de retrouver le confort douillet de sa chambre et le bon repas chaud préparé par sa mère, dont les effluves viennent le tirer de son royaume. L’envie d’être aimé, et non adoré/ dévoré. Max et les Maximonstres prône le droit à l’imperfection, le droit de la mère d’être horripilée au point de traiter son enfant de monstre, le droit de l’enfant d’être insupportable et de vouloir le pouvoir au point d’envisager la disparition de sa mère, et le droit de la mère et de l’enfant d’oublier et de s’aimer malgré tout. Toute la richesse de Max et les Maximonstres réside dans la complexité des sentiments contradictoires qu’il illustre.

Evidemment, l’autre richesse de Max et Les Maximonstres, ce sont ces superbes illustrations d’une richesse inouïe. Allez, j’en mets quelques-unes.

IMG_7291
Let the wild rumpus start!

IMG_7292

IMG_7295

IMG_7285

C’est tellement beau qu’on en ferait presque de la déco, c’est dire. Voire des habits. Voire des tatouages (va voir sur Google).

Les monstres de Maurice Sendak sont à la fois effrayants et souriants, laids et attachants, grossiers et délicats, ce qui n’est pas une mince affaire. Ces monstres à l’allure trollesque me rappellent fortement ceux de Gyo Fujikawa dont j’ai déjà parlé ici.

IMG_7279

Maurice Sendak a même eu la délicatesse de proposer de magnifiques pages de garde, avec ce motif végétal dense et chatoyant. Et moi, j’adore les belles pages de garde. Ca peut me suffire pour acheter un livre.

IMG_7277

Petite friandise pour finir, voici une version animée, supervisée par Sendak lui-même. C’est introuvable en français, donc voici une version en anglais (mais sous-titrée en espagnol si tu comprends pas, t’inquiète). Bon, niveau qualité de la vidéo, on repassera, mais sinon c’est plutôt très réussi, mention spéciale à la bande-son!

 

Max et les Maximonstres de Maurice Sendak, paru en 1963, édité en 1990 en France par L’Ecole des Loisirs (5-7 ans officiellement, mais 3-5 ans ça marche aussi!)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Max et les Maximonstres »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s