5-7 ans·A la bibliothèque...·Les classiques

Papa m’a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille

A la maison, on a découvert Alain Le Saux avec Comment élever son papa, un album profond et hilarant, basé sur une inversion de paradigme: il ne s’agit pas d’un manuel d’éducation des enfants, mais bien des parents. Là où le livre se révèle plus profond qu’il n’en a l’air, c’est qu’en plus de donner certains « vrais » conseils, il prodigue également des réflexions en creux sur l’éducation des enfants. Bref, le livre joue admirablement sur le principe de la double lecture et du double sens, un principe qui est justement au coeur d’un certain nombre d’ouvrages d’Alain Le Saux, dont celui dont il est ici question.

Le Saux y joue sur le double sens d’expressions imagées du langage courant, les illustrant de façon littérale, poussant ainsi à réfléchir sur le sens de ces expressions, et leur origine. Ces livres particulièrement drôles constituent un outil incroyable pour enrichir le vocabulaire des jeunes lecteurs, et ouvrir leur imaginaire. James a bientôt 6 ans, il vient d’entrer à l’école primaire. Il adore lire ces livres, pour plein de raisons bien différentes, et c’est souvent ce qui fait la richesse d’un livre, non, la multiplicité des approches qu’il permet? En voici quelques-unes.

1. Ca le fait hurler de rire

"Papa m'a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille" Alain Le Saux

L’humour est d’abord purement visuel. Le dessin suggère un autre texte que celui que l’on trouve en regard: un homme en slip de bain rouge plonge dans une soupière qui déborde sur les plastrons des deux convives interloqués interrompus dans leur diner d’affaires au restaurant. C’est drôle ET loufoque. Et surtout, c’est un humour multi-générationnel basé sur un socle commun, le langage.

2. Ca lui apprend des choses

"Papa m'a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille" Alain Le Saux

« Qu’est-ce que ça veut dire, maman, avoir un but dans la vie? » Le vocabulaire du jeune lecteur est enrichi, mais pas seulement. Ces expressions idiomatiques ouvrent la porte à des discussions plus vastes (ici par exemple, le sens de la vie, une discussion que j’adore avoir après une dure journée de labeur, alors que je ne rêve que d’une chose, aller m’affaler sur mon canapé et sous mon plaid – ou l’inverse, je ne sais plus). « Son but à lui dans la vie? Visiblement, s’affaler dans son fauteuil après une dure journée de labeur. Oui, je sais, ça donne envie. Mais si j’étais lui, j’enlèverais mes chaussures de foot, et je mettrais des pantoufles. »

3. Ca lui permet de montrer qu’il sait des choses

"Papa m'a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille" Alain Le Saux

Je crois que le kif ultime de James quand on lit ce livre, c’est de dire: « Mais non! »

« Mais non! Ca veut pas dire qu’elle mange un livre tous les jours! Ca veut dire qu’elle lit énormément! », message adressé un peu à moi, et bien sûr, à son petit frère. Bref, son plus grand plaisir, c’est de décrire l’illustration, et essayer d’expliquer le sens de l’expression. Evidemment, il patauge souvent un peu sur le sens de l’expression, ce qui ajoute encore: 1. A la mignonitude de l’affaire; 2. Au comique de la situation.

4. Ca permet de faire passer des messages

"Papa m'a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille" Alain Le Saux

Merci d’arrêter de nous couper la parole, c’est très violent. CQFD.


Et maintenant, un petit jeu pour le fun: toi aussi, essaie de retrouver l’expression concernée par ces dessins:

Ben alors, tu donnes ta langue au chat? (Non, cette expression ne figure pas dans ce tome-là.). Je te mets les réponses tout en bas 🙂

Pour finir, je le redis ici, bien qu’il me semble l’avoir déjà dit ailleurs, mais en googlisant Alain Le Saux, j’ai découvert qu’il était le frère jumeau de Philippe Corentin, et je ne me lasse pas de partager cette information! Ils ont d’ailleurs partagé quelques publications, sur lesquelles je serais ravie de mettre la main.

Notre livre, emprunté à la bibliothèque de quartier, c’est Papa m’a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille. Mais il existe aussi, tous édités chez Payot & Rivages:

maman-m-a-dit-que-son-amie-yvette-etait-vraiment-chouette-4350803

6895d365cee04e0d388c56de413c0f6e.jpg

vignette.gif

jpg_IMG_0004OK

Papa m’a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille d’Alain Le Saux, Editions Payot & Rivages, 1984


Ah oui, la solution aux quatre « énigmes » ci-dessus! C’était bien sûr:

  • Papa m’a dit qu’il fallait toujours porter une bombe pour faire du cheval
  • Papa m’a dit que pour aller en Angleterre il fallait traverser la Manche
  • Papa m’a dit qu’il était très attaché à son meilleur ami
  • Papa m’a dit qu’il allait être cloué au lit pendant une semaine (j’ai un petit faible pour l’illustration très passive-agressive de cette dernière expression, où maman semble se faire une joie de clouer papa!)
Publicités

2 réflexions au sujet de « Papa m’a dit que son meilleur ami était un homme-grenouille »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s