3-5 ans·5-7 ans·Les livres récents

Mon père avant, il était trop cool

« Comment nous voient nos enfants? », question mystérieuse s’il en est à laquelle tente de répondre Keith Negley.

Mon-père-avant-il-etait-cool-Keith-Negley

Moi par exemple, je suis pas sure d’être complètement adulte. Je crois que j’essaie d’être responsable, mais parfois j’échoue, et parfois aussi, je me souviens quand j’étais peut-être cool. Ou en tous cas plus cool que maintenant. Quand James est né, on pianotait sur  Foursquare quand on était branchés. J’avais un compte, normal quoi, mais à force de faire des check-in à la crèche, à la pharmacie ou à la mutuelle juste pour avoir une activité, j’ai compris que ma vie avait changé.

Mon-père-avant-il-etait-cool-Keith-Negley

Dans Mon père avant, il était trop cool, un petit gars s’interroge sur cette figure insondable: son père. Figure tellement insondable, qu’on ne voit jamais son visage, jusqu’à la dernière planche. Tout juste ses bras tatoués et ses Converse, qui laissent supposer que peut-être bien qu’avant son petit garçon, il a eu une vie. Une autre vie. Mais laquelle? Le petit garçon fantasme ce passé forcément flamboyant. Forcément, il était rockeur. Forcément, il roulait à moto. D’ailleurs les indices s’accumulent.

Mon-père-avant-il-etait-cool-Keith-NegleyMon-père-avant-il-etait-cool-Keith-Negley

Mais aujourd’hui? Aujourd’hui, son père n’en mène pas large: il en est réduit aux tâches ménagères… Mais pas que. Parce qu’il y a aussi le parc, et c’est au parc que finit par se révéler ce papa finalement peut-être un peu cool.

Mon-père-avant-il-etait-cool-Keith-Negley

Mon père avant, il était trop cool est un livre tendre, plein de fantaisie, sur cette distance incroyable qu’il peut y avoir entre les parents et les enfants, alors que je ne crois pas trop me tromper en disant que pour la plupart d’entre nous, parents, on n’est pas loin d’être encore un peu des enfants.

Les illustrations sont impeccables et diaboliquement à mon goût – un goût très dans l’air du temps hein, on va pas se leurrer -, avec la fameuse économie chromatique (concept « brillant » 😂 explicité dans notre article précédent sur Suzie), on a quoi ici, 7 couleurs maximum, de beaux aplats, des adultes « pictogrammés » quand le petit gars lui est très expressif. Et une page de garde de compétition.

Mon-père-avant-il-etait-cool-Keith-Negley

La seule chose que j’aurais peut-être préféré, c’est que ce livre soit exactement le même, mais qu’il s’appelle Ma mère avant, elle était trop cool. Mais bon, je peux difficilement en vouloir à l’auteur de s’être projeté dans cette histoire. Et ça n’empêche pas ma totale identification. Parce qu’à bien y réfléchir, avant, moi aussi avant j’étais hyper cool, et peut-être bien que je le suis toujours. (c’est juste qu’aujourd’hui, ma créativité s’eprime surtout dans ma manière de plier le linge)

Mon-père-avant-il-etait-cool-Keith-Negley

Un rapide mot sur l’auteur qui visiblement est illustrateur pour la presse « adulte » avant d’écrire des albums jeunesse, et dont vous pouvez découvrir l’univers très séduisant sur son site.

Bref, un album tendre et rock comme une chanson de Scorpion. Non, je déconne, mieux qu’une chanson de Scorpion.

Mon père avant, il était trop cool de Keith Negley, édité par Gallimard Jeunesse (2018)

Une réflexion au sujet de « Mon père avant, il était trop cool »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s