3-5 ans·Les livres récents

Les Voisins Sauvages

Une nouvelle parution aux éditions de L’Etagère du Bas, c’est toujours une bonne nouvelle, et nous étions ravis de terminer l’été en douceur avec ce nouvel album, Les Voisins sauvages.

Lapin a sagement économisé pour se faire un petit plaisir: s’acheter une maison de campagne. Parce que c’est bien gentil de végéter dans son terrier toute l’année, mais même pour les lapins, un peu de lumière, ça fait du bien.

Les-Voisins-Sauvages-Ulrika-Kestere

Ainsi donc s’achète-t-il une jolie maisonnette d’un goût exquis, couleur lilas, dotée d’une indispensable cheminée et d’une fontaine décorative du plus bel effet qui présente pourtant un léger inconvénient: elle attire les fauves assoiffés.

Les-Voisins-Sauvages-Ulrika-Kestere

C’est peu dire que Lapin tombe des nues quand il réalise que ces fauves ne sont autres que ses propres voisins, et que ceux-ci semblent bien décidés à squatter sa fontaine autant que sa pelouse. Lapin, quelque peu effrayé, envisage un moment de les rendre végétariens (il a une botte magique, un panier de betteraves), mais face à l’échec de cette stratégie un brin naïve, il tombe à cours d’idée.

Les-Voisins-Sauvages-Ulrika-Kestere

Et comme tout bon fiston en mal de solution, il appelle sa maman qui lui suggère avec la sagesse qui la caractérise d’affronter ses peurs pour mieux les apprivoiser. Assez littéralement ici, puisqu’indeed, en conviant ses fougueux voisins à une jolie fête et en les invitant à danser, Lapin va voir lion, tigre, panthère et guépard se muer peu à peu en doux félins.

Les-Voisins-Sauvages-Ulrika-Kestere

Les Voisins Sauvages traite avec fraîcheur et une certaine espièglerie de la peur de l’autre, de l’inconnu, des thématiques complexes à aborder avec les plus petits, qui trouvent ici une parabole vive et pleine de fantaisie.

Ce petit Lapin qui devient plus fort qu’il ne le pensait dès qu’il affronte ses peurs offre un modèle inspirant, tandis que les petites touches d’humour sur la société contemporaine (le prix de l’immobilier, la folie des maisons de campagne, le végétarisme comme outil de paix, la mère bienveillante mais fort occupée, le sucre qui rend les enfants fous) feront doucement sourire les plus grands.

Le tout est servi par les illustrations pleines de peps (et de carottes 🥕) , qui en plus font la part belle à la végétation. Les garçons se retrouvent autant dans Lapin, ses peurs, ses interrogations, son volontarisme et son courage que dans l’énergie brute des fauves canalisée dans la musique. Un bel album en somme!

Les Voisins Sauvages d’Ulrika Kestere, éditions L’Etagère du bas, 2018

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s