3-5 ans·Les livres récents

20 bonnes raisons d’aller à l’école

Bon, pour commencer, merci à Michaël Escoffier et Romain Guyard de faire le travail à notre place. Ben oui, on a tous été confrontés, un jour d’extrême fatigue, à cette question aux ramifications abyssales: « Mais maman (papa), pourquoi je dois aller à l’école? ». Et oui, j’avoue, il m’est arrivé de recourir à cette réponse assez invraisemblable quand tu parles à un enfant de 5 ans: « Comme ça tu pourras avoir un métier plus tard et gagner de l’argent ». (Personne n’est parfait) (Surtout pas moi) Whaaaaaaaat? Pour trouver un métier? Laissez-moi rire, c’est une diplômée de Lettres qui vous parle ici. Pour gagner de l’argent? Mais c’est d’une vulgarité, franchement.

Mais revenons à nos moutons: 20 bonnes raison d’aller à l’école. Concernant la 1ère raison, on reste dans le classique, la base, le b.a.-ba:

20-bonnes-raisons-d-aller-a-l-ecole-michael-escoffier-romain-guyard

Bah oui, évidemment. Mais tout commence vraiment avec la deuxième raison:

20-bonnes-raisons-d-aller-a-l-ecole-michael-escoffier-romain-guyard

S’en suit une succession de conséquences imparables qui entraîne notre héros/héroïne (je l’appelle comme, car je trouve ce petit personnage visuellement assez gender fluid, et ça j’aime bien) (spoiler, en fait c’est un garçon, mais ça pourrait aussi bien être une fille), l’entraîne donc vers rien moins que la fin du monde. Autant dire que la conclusion d’impose d’elle-même: « Il vaut peut-être mieux que j’aille à l’école ». CQFD

20-bonnes-raisons-d-aller-a-l-ecole-michael-escoffier-romain-guyard

Mais comment passe-t-on de cette planche à la dernière? Je vous laisse deviner…

20-bonnes-raisons-d-aller-a-l-ecole-michael-escoffier-romain-guyard20-bonnes-raisons-d-aller-a-l-ecole-michael-escoffier-romain-guyard

Comme souvent dans les albums écrits par Michaël Escoffier, on rit beaucoup, on part d’une situation réaliste, et on s’échappe dans un univers loufoque. On en profite au passage pour explorer la notion de causalité, et se laisser porter par l’imagination débridée des auteurs.

On rit de leur imagination, mais c’est également un excellent incitant à développer celle des enfants, en les invitant à partir du même postulat pour créer leur propre histoire. On part de la même raison 1, et on dévie dès la deuxième raison: « Si je ne savais pas lire, je confondrais le sel et le sucre », par exemple. Et c’est parti!

Bref, voilà un chouette album pour dédramatiser l’obligation que peut représenter certains jours l’école, et pour inviter les kids (et leurs grands lecteurs) à laisser aller leur imagination et développer leur sens inné de l’absurde. No limit!

20 bonnes raison d’aller à l’école de Michaël Escoffier et Romain Guyard, Editions Frimousse (2015)

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s