3-5 ans·5-7 ans·Les classiques·Vieillerie vintage

The Tiger Who Came to Tea

Au hasard d’un détour (enfin, détour, façon de parler) au Pêle-Mêle l’autre jour, j’ai laissé Marcus choisir quelques livres, et il a eu le coup de foudre pour cet étrange et élancé tigre orange.

"The Tiger Who Came to Tea" de Judith Kerr

J’avais déjà croisé ce livre (notamment dans l’ouvrage The 1001 Children’s Books You Must Read Before You Grow Up, genre, le Graal 🙂 ), et je savais donc qu’il s’agissait d’un classique de la littérature enfantine anglo-saxonne, mais je ne l’avais jamais vu en français. Et pour cause, il n’a jamais été traduit! Après l’avoir lu (et déjà relu) avec James et Marcus, une seule question me vient: pourquoi? mais pourquoi?!

Sophie prend son goûter tranquillement avec sa maman, quand soudain, on sonne à la porte. Surprise, la maman se demande qui cela peut-il bien être: le laitier est déjà passé, papa a ses clés, etc. Quelle n’est pas leur surprise quand en ouvrant la porte, elles découvrent un tigre! Un tigre, certes, mais un tigre particulièrement poli et charmant, des plus souriants. Ce dernier est affamé, et souhaite s’inviter à leur table. Sophie et sa mère, pour qui l’hospitalité n’est pas un vain mot, se réjouissent d’accueillir le tigre. Alors qu’elles lui proposent un sandwich, elles sont un peu étonnées de le voir engloutir tous les sandwiches. Il doit avoir faim…

img_0762

"The Tiger Who Came to Tea" de Judith Kerr

Sophie lui offre alors un petit pain, et rebelote! Le tigre ne s’arrête pas là, et finit par s’éclipser après avoir dévalisé consciencieusement la cuisine et le garde-manger. Bien élevé, le tigre se fend d’un « Merci pour ce délicieux goûter » en partant.

"The Tiger Who Came to Tea" de Judith Kerr"The Tiger Who Came to Tea" de Judith Kerr

"The Tiger Who Came to Tea" de Judith Kerr

Sophie et sa maman sont certes embêtées, mais n’ont pas l’air plus dévastées que ça. Elles s’empressent de tout raconter au père dès qu’il rentre, soucieuses de ne pouvoir lui offrir à dîner, les placards étant vides. Le père, pas contraire, prend les choses avec philosophie, et propose à sa petite famille d’en profiter pour aller au restaurant.

Le récit joue admirablement à la fois du contraste entre l’incongruité de la situation, et la réaction très policée de la petite famille, mais aussi du mystère qui plane sur la maisonnée: mais qui est ce tigre, d’où vient-il? Comment peut-il dévaliser cette famille sans aucune explication, justification, raison, tout en restant tout à fait cordial? Pourquoi cette femme et son enfant restent-ils si calmes devant une telle menace? Et pourquoi ce tigre est-il si souriant, voire séduisant?

Admettez que c’est intrigant… J’ai fait quelques recherches sur Judith Kerr. Il s’agit d’une vieille dame qui a dû fuir l’Allemagne avec sa famille en 1933, pour s’établir en France, puis au Royaume-Uni. Son père, écrivain, considéré comme un militant politique, a échappé de justesse au régime nazi. Alors qui est ce tigre? La figure charmeuse et insidieuse de l’envahisseur qui s’immisce jusque dans les foyers les plus sages pour tout subtiliser, richesse et bon sens inclus?

Toujours est-il que cette figure du tigre envahisseur et sans scrupule (mais poli comme un gendre idéal), et de cette famille qui l’accueille mais résiste à sa façon en ne cédant pas à la panique  suscite l’intérêt. Les illustrations, représentatives de leur époque (1968, elles me font d’ailleurs penser, dans leur utilisation du crayon et de la couleur, à celle du Journal de Véronique dont j’avais parlé ici), sont à la fois naïves, pop, et pleines de vivacité. La seule planche qui n’est pas sur fond blanc (celle où la petite famille part déjeuner), apporte une belle densité au récit. Cette famille, soudée et unie face à l’intrus, partage tendresse et bienveillance.

Comme je l’ai dit plus haut, le livre est en anglais, et n’existe pas en français! Je ne lis que très rarement des livres en anglais aux garçons (j’en parle dans cet article sur Snow White in New York), mais ce livre a l’avantage d’être assez court pour permettre une traduction simultanée, et surtout, d’être accompagné d’un CD, que Marcus adore.

Bref, si vous êtes un tout petit peu fluent en English (point trop n’en faut je vous rassure), je ne saurais que trop vous conseiller cet album vintage, plus surprenant qu’il n’y parait.

Pour terminer, cadeau bonus, pensez toujours à avoir un peu de nourriture pour tigres dans vos placards!

"The Tiger Who Came to Tea" de Judith Kerr

The Tiger Who Came to Tea de Judith Kerr (1968), réédité avec un CD par Harper Collins Children’s Books en 2006

PS: on participe à la chouette initiative « Chut, les enfants lisent » de Devine qui vient bloguer?

Publicités

Une réflexion au sujet de « The Tiger Who Came to Tea »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s